• Fete de Noël : origine païenne

    CComme vous le savez tous, la date de mon anniversaire approche.

    Tous les ans, il y a une grande célébration en mon honneur et je pense que cette année encore cette célébration aura lieu.
    Pendant cette période, tout le monde fait du shopping, achète des cadeaux, il y a plein de publicité à la radio et dans les magasins, et tout cela augmente au fur et à mesure que mon anniversaire se rapproche.
    C'est vraiment bien de savoir, qu'au moins une fois par an, certaines personnes pensent à moi. Mais je remarque que si au début les gens semblaient comprendre, reconnaissants de tout ce que j'ai fait pour eux, plus le temps passe, et moins ils semblent se rappeler la raison de
    cette fête.
    Les familles et les amis se rassemblent pour s'amuser, mais ils ne connaissent pas toujours le sens de la fête.
    Je me souviens que l'année dernière il y avait un grand banquet en mon honneur.
    La table de salle à manger était remplie de mets délicieux, de gâteaux, de fruits et de chocolats.
    La décoration était superbe et il y avait beaucoup de magnifiques cadeaux emballés de manière très spéciale.

    Mais vous savez quoi ? Je n'étais pas invité... J'étais en théorie l'invité d'honneur, mais personne ne s'est rappelé de moi et ils ne m'ont pas envoyé d'invitation.
    La fête était en mon honneur, mais quand ce grand jour est arrivé, on m’a laissé dehors, et ils m'ont
    fermé la porte à la figure, et pourtant moi je voulais être avec eux et partager leur table.
    Ils passaient un bon moment quand un gros bonhomme à la barbe blanche est arrivé, vêtu d'une longue robe rouge, et tous les efants ont couru autour de lui, criant « Père Noël !
    Père Noël ! » comme si la fête était en son honneur !
    A minuit, tout le monde a commencé à s'embrasser ; j’ai ouvert mes bras et j’ai attendu que quelqu'un vienne me serrer dans ses bras et personne n'est venu à moi.
    Ils se sont tous mis à s'échanger des cadeaux .  Ils les ont ouverts un par un.
    Quand tout a été déballé, j‘ai regardé pour voir si, peut-être, un cadeau était resté pour moi.

    Qu'auriez-vous ressenti si, le jour de votre anniversaire, tout le monde s'échangeait des cadeaux et que vous n'en receviez aucun ?
    J’ai compris que j’étais oublié, que je n'étais pas désiré à cette soirée.
    J'aurais voulu pour la fête de Noël cette année, que vous me laissiez rentrer dans la fête de votre vie  et que vous vous rappeliez qu'il y a 2000 ans, je suis venu au monde pour cela et donner ma vie  pour vous.
    J'espère que cette année vous serez nombreux à me joindre à votre fête.
    Jésus
    (auteur inconnu)

    N'oubliez pas de lire cet article également :

    Réponse à une lettre adressée au Père Noël !

    http://topchretien.jesus.net/topmessages/view/7868/reponse-une-lett...

    Qu'allons-nous faire  cette année ?







     


    votre commentaire

  • Psaumes 34.16.23

    "L'Éternel est près de ceux qui ont le cœur brisé,
       Et Il sauve ceux dont l'esprit est dans l'abattement,
       Le malheur atteint souvent le juste,
       Mais l'Eternel l'en délivre toujours"   

     
      
    Je suis  allé à la Croix avec un coeur brisé.
    Je suis  venu vers les miens et les miens ne M'ont pas reçu.
    Mon disciple Judas M'a trahi et Mon ami Pierre a nié Me connaître.
    Mes disciples M'ont abandonné, tous, sauf Jean, le bien-aimé.
    IL M'aimait assez pour risquer sa vie pour Moi.  Et les filles de Sion étaient là aussi, avec marie, Ma mère bien-aimée.

     
    Cependant J'ai été rejeté par ceux-là même qui auraient dû me reconnaître, car nombre d'entre eux, les scribes , avaient passé toute leur vie à étudier les Ecritures que J'avais inspirées, Moi, le "verbe", le "logos",  éternel. Quelle tragédie ! Ils connaissaient Ma Parole, mais ils ne M'ont pas connu, Moi, l'auteur de Ma Parole. Simplement parce-que leur connaissance était charnelle et ne procédait pas de l'Esprit de Dieu. Car il faut la lumière du Saint-Esprit pour changer les "logos" de Dieu en "Rhema" , pour que les hommes puissent croire, recevoir et changer.
      
    Je t'adresse, à toi dont le coeur est brisé en ce jour, Mon "Rhema" (la Parole éclairée). Tu as été rejeté(e) par l'être que tu aimais le plus. Tu es blessé(e) et ton coeur est meurtri. Aujourd'hui, écoute la Parole que JE t'adresse personnellement . Mon Saint-Esprit saisi cette parole vivante et te la donne. Sache que chaque mot est vraie. Je suis  près de toi, pauvre coeur brisé, Je ne refuse en rien de te connaître. Je ne te délaisserai, et Je ne t'abandonnerai pas.  Je vais te délivrer de toute tes peines, toutes. Tu es mon/ma bien-aimé(e). Tu as plus de prix pour moi que le ciel tout entier.
    c'est pour toi que je suis mort

     Repose-toi en Moi, Laisse-Moi sécher tes larmes et guérire ton coeur meurtri. Ce faisaint, Je restaurerai aussi les "ailes e ton espérance" et tu pourras à nouveau voler.


     (Auteur inconnu)

     

     



    votre commentaire
  •  

     

    Interviews exclusives des footballeurs

     

    Claudio Caçapa (OL) et Demetrius Ferreira (OM)


    http://topchretien.jesus.net/topinfo/view/11106/

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Réellement libre ?



    Jean 8. 34, 36
    "Quiconque pratique le péché est esclave du péché…Si sonc le Fils( de Dieu, Jésus-Christ) vous affranchi, vous serez réellemment libres." 


    Qu'est-ce que la liberté ? Est-ce tout simplement faire ce que je veux ? La Bible nous rapporte qu'à l'origine, Adam n'avait qu'un commandement à respecter : ne pas manger d'un certain arbre. C'est précisément de celui-là qu'il a mangé. Par ce premier acte de désobéissance qui démontre un désir d'indépendance, le péché et la mort sont entrés dans le monde (Romains 5. 12).

    Jésus nous parle d'un jeune homme qui revendique sa liberté. Il quitte son père en exigeant sa part de l'héritage, et il part pour un pays lointain où il dépense tout. Là, libre d'aller de débauche en débauche, il se trouve dans un tel dénuement que même la nourriture des porcs lui fait envie (Luc 15. 11-17).

    La liberté de faire ce qu'on veut apporte-t-elle vraiment le bonheur quand on met Dieu de côté ? Satan, toujours opposé à Dieu, l'affirme et fait des promesses de toutes sortes. De son côté, l'homme a toujours recherché l'indépendance et fui les contraintes. Certains en viennent à confondre liberté avec permissivité et même impunité. Les gouvernements légifèrent pour essayer de poser quelques limites à ces débordements. Mais au nom de la liberté, on se rend esclave. Bientôt les illusions partent en fumée, et la détresse morale arrive inéluctablement. Le vrai bonheur, la vraie liberté apparaissent seulement quand l'homme reconnaît sincèrement son péché, se repent et se tourne vers Dieu pour trouver le moyen de salut que donne la croix de Christ. Le vrai bonheur pour le croyant n'est pas de profiter de la vie pour faire ce qu'il veut, mais de vivre avec Dieu, recherchant ce qui lui plaît.

     

    La Bonne Semence

     

     

     

     

     

     


     


    votre commentaire