• Dans les derniers jours, il viendra des moqueurs

     

     

    Les hommes qui persévèrent dans leur incrédulité et refusent de se repentir de leurs péchés n’ont rien à attendre de bon du retour du Christ. Il sera le signe d’un terrible règlement de compte lorsque leur juge apparaîtra. La patience de Dieu aura pris fin. La civilisation impie et corrompue, la pauvre science qui sert surtout à détruire, s’effondreront lamentablement. L’impureté, le mensonge, la méchanceté recevront enfin leur juste salaire.

            On comprend que le monde s’envisage pas volontiers une pareille perspective. Pour se tranquilliser, il cherche  à opposer une toute autre doctrine à l’enseignement biblique de la perdition et du jugement inévitable : il prétend que l’homme n’est pas tombé, mais qu’au contraire il est issu du singe et ne cesse de monter. Grâce aux progrès de la technique et de l’instruction, le bien-être augmentera, les guerres cesseront, le bonheur et la paix règneront, et la terre deviendra un paradis. Tout cela, bien entendu, sans Dieu et uniquement grâce aux efforts de l’homme. Il y a quelques années encore ces idées étaient prêchées avec un aplomb imperturbable. La lutte à mort qui a mis aux prises par deux fois les nations dites « civilisées » proclame si haut la faillite de notre monde matérialiste, que cette belle assurance a été quelque peu ébranlée. Mais il n’y a pas de pires sourds que ceux qui ne veulent pas entendre. La plupart des hommes sont persuadés malgré tout que « tout finira pas s’arranger » et que moyennant quelques réformes et de bons traités de paix (!), l’humanité reprendra irrésistiblement sa marche ascendante.

             Les incrédules sont si conscients de l’opposition irréductible qu’il y a entre leur conception de l’avenir et celle de la Bible qu’ils ne cessent de couvrir cette dernière de sarcasmes (sans doute pour achever de se tranquilliser !). Ne nous lassons aucunement troubler pas ceux qui ridiculisent notre attente du retour de Christ, et rappelons-nous l’avertissement de Pierre : Sachez« avant tout que,  avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant : Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création. Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la Parole de Dieu, de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen d’eau, et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau (du déluge) ; tandis que , par la même Parole, les cieux et la terre d’à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies »,( 2 Pierre 3.3-7).

    (…)

            Puissent tous ceux qui dans le monde sont malgré tout sincères, comprendre enfin combien il est urgent qu’ils se convertissent et se mettent à l’abri du jugement !

    (Pache)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :